Toutes les opinions sont-elles respectables ?

1) La forme de la question

Elle porte sur les opinions (≠ les personnes, les sociétés). Cette notion est donc à bien analyser
Elle porte sur toutes les opinions, y compris celles dont on devine qu’elles ne sont guère respectables.
Elle porte sur leur caractère respectable. A analyser donc : ce que signifie respecter une opération, en général, et la difficulté que l’on peut rencontrer avec certaines d’entre elles et pour quelles raisons.

2) les termes de la question

a) opinion : avis, point de vue, jugement d’une personne sur un sujet donné.
On distingue l’opinion du savoir ou connaissance. Le savoir est objectif, l’opinion est subjective. Cela ne veut pas dire qu’elle est fausse, mais plutôt qu’elle est l’expression d’une personne, non une recherche méthodique, rigoureuse de la vérité. L’opinion est autant l’expression d’une pensée que d’intérêts ou de sentiments. Elle peut être une simple affirmation de soi.

A ne pas confondre : l’opinion ≠ la personne qui exprime cette opinion. Une opinion est une croyance plus ou moins réfléchie. Ce n’est pas un être humain.
Autre confusion : l’ opinion commune, qui est partagée par un nombre plus ou moins grand de personnes ≠ l’opinion publique qui est l’opinion majoritaire et qui tend à s’imposer comme une norme (à tort).

b) respectable : qui mérite le respect. Cad ? En un sens général, le respect est un certain sentiment qui incite à prendre en considération, à traiter avec égard une chose ou une personne. Ce sentiment dicte donc une certaine attitude à laquelle on reconnaît le respect.
En quoi peut consister le respect d’une opinion ? Différents possibilités qui forment comme une graduation : accepter, admettre l’existence, l’expression; reconnaître la valeur de, prendre en compte; reconnaître la grande valeur de, admirer.

Vers le problème

Difficile pour nous de parler de respect des opinions sans penser aussitôt à ce droit fondamental qu’est la liberté d’opinion et d’expression.Il nous paraît absolument impossible de ne pas la respecter et avec elle la diversité des opinions. Encore faut-il en connaître les raisons et être capable de les exprimer. Reste que c’est la 1ère thèse qui nous vient à l’esprit à la lecture de ce sujet. En quoi est-elle problématique ?
L’adjectif « toutes » nous met sur la piste : toutes, y compris les pires, les plus fausses, les plus irrespectueuses des personnes et de la liberté d’opinion elle-même. On pense ici aux opinions à caractère sexiste, raciste, antisémite, homophobe, etc. Le problème que pose ces opinions est celui de la liberté d’expression. Au nom de quoi peut-on interdire leur expression ?

3) problème et discussion

La liberté d’opinion est un droit fondamental reconnu dans toutes les démocraties. Elle affirme qu’un homme ne saurait être inquiété pour ce qu’il pense et qu’aucune personne n’est tenue de soumettre son avis à celui de la majorité. Il lui est associé la liberté d’expression, car elle est une condition nécessaire à la formation d’une libre opinion. En ce sens, nous devrions dans un pays démocratique respecter toutes les opinions, cad admettre leur existence et leur expression.
Il existe pourtant des opinions qui ne suscitent guère le respect, celles qui sont manifestement fausses par ex, mais plus encore, celles qui sont irrespectueuses. Il est nécessaire de lutter contre elles et il n’est donc question de les respecter. Une opinion d’ailleurs est-elle en elle-même respectable ? Ne faut-il pas la dissocier des droits qui la protègent, de la personne qui l’exprime ? N’est-ce pas en définitive la liberté d’opinion qui est respectable ?

1er moment : en quel sens on peut dire que toutes les opinions sont respectables.

Idée 1 : la liberté d’opinion est un droit fondamental qui doit être respecté.
Son sens profond : que la liberté individuelle de penser est une valeur supérieure à celle de la vérité, à l’accord de la communauté.  Ex : la liberté de croire (religieuse) est en fait une liberté de ne pas croire ce en quoi les autres membres de la société croient. Le droit de penser différemment.

Idée 2 : la liberté d’opinion implique la liberté d’expression, donc son respect.
Une opinion ≠ simple avis, point de vue que l’on garde pour soi.
mais = une pensée qui se forme et s’échange dans la discussion avec autrui.
Ex : liberté de la presse.

Idée 3 : La conséquence de l’idée 2 est qu’il nous faut admettre l’expression d’opinions non seulement différentes mais qui nous dérangent.
La limite à la liberté d’expression des opinions = la loi ≠ notre sensibilité subjective.
La liberté d’expression n’est pas une liberté de parole illimitée mais une obligation qui est faite à tous de laisser les autres s’exprimer. D’où le respect de toutes les opinions.

2ième moment : en quel sens toutes les opinions ne sont pas respectables.

Idée 1 : la liberté d’expression ≠ liberté d’insulter, de diffamer autrui.
Exprimer une opinion est une action comparable aux autres actions humaines : elle ne doit pas pas porter atteinte à la personne d’autrui. Le liberté d’expression est limitée en ce point précis.
Ex : l’opinion : « il faut contrôler davantage les chômeurs » est distincte de l’opinion : « les chômeurs sont des fainéants et des fraudeurs. » La deuxième opinion est une insulte et de ce fait elle n’est pas respectable.
Csqce : les opinions de type raciste, sexiste, homophobe, etc. ne sont pas respectables.

Idée 2 : les opinions fausses ne sont pas respectables.
Une opinion n’est pas une pensée élaborée. Elle peut être la simple expression d’un intérêt ou d’une crédulité. En ce sens, elle manifeste le manque de clairvoyance, de réflexion de celui qui l’exprime. Son expression est acceptable mais on ne saurait la respecter.

Idée 3 : Une opinion en elle-même n’est pas respectable.
Par définition, une opinion n’est qu’un simple avis plus ou moins réfléchi. Il n’y a donc pas de raison de la respecter par principe. Ce sont la vérité et la connaissance qui sont respectables.

3ième moment : que respectons-nous alors quand nous respectons la liberté d’opinion ?

Idée 1 : si ce n’est pas l’opinion elle-même, cela peut être à la personne qui l’exprime.
La personne ≠ l’opinion qu’elle exprime. On peut critiquer l’opinion sans porter atteinte à la personne.
Ex : il est possible de critiquer les croyances religieuses sans porter atteinte aux croyants et à leur liberté de culte.

Idée 2 : mais il est des personnes dont la conduite n’est pas respectable.
Il est par ex. des conduites égoïstes ou violentes qui ne méritent pas le respect. Il faut alors blâmer la personne qui adopte et se maintient dans de pareilles conduites. Or, on ne saurait respecter ce que l’on blâme. Où il est montré que les personnes, en tant qu’elles décident de leur conduite, et non pas en tant qu’être humain en général, ne sont pas toutes respectables.

Idée 3 : ce sont les libertés d’opinion et d’expression qui sont respectables, plus précisément les règles qui les protègent.
Il ne saurait y avait d’expression, de discussion par ex, sans acceptation de règles de l’expression. Elles sont nécessairement impliquées par la décision de rendre publique son opinion. Ces règles sont pour l’essentiel nous l’avons vu de ne pas porter atteinte à autrui et d’accepter sa libre expression.

Ce contenu a été publié dans autrui, corrigés, l'opinion, la croyance, La dissertation, la liberté, la morale, la religion, la vérité, le droit, les échanges, problématiser, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire