texte de Pascal : qu’est-ce que le moi ?

« Qu’est-ce que le moi ?

Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants ; si je passe par là, puis-je dire qu’il s’est mis là pour me voir ? Non ; car il ne pense pas à moi en particulier ; mais celui qui aime quelqu’un à cause de sa beauté, l’aime-t-il ? Non : car la petite vérole, qui tuera la beauté sans tuer la personne, fera qu’il ne l’aimera plus.

Et si on m’aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m’aime-t-on, moi ? Non, car je puis perdre ces qualités sans me perdre moi-même. Où est donc ce moi, s’il n’est ni dans le corps, ni dans l’âme ? et comment aimer le corps ou l’âme, sinon pour ces qualités, qui ne sont point ce qui fait le moi, puisqu’elles sont périssables ? car aimerait-on la substance de l’âme d’une personne, abstraitement, et quelques qualités qui y fussent ? Cela ne se peut, et serait injuste. On n’aime donc jamais personne, mais seulement des qualités.

Qu’on ne se moque donc plus de ceux qui se font honorer pour des charges et des offices, car on n’aime personne que pour des qualités empruntées. »

B.Pascal, Pensées, fragment 323 éd.Brunschvicg

une étude rapide du texte :

a) en guise d’introduction

– le thème : c’est celui du moi, de sa définition, de la conception qu’on peut en avoir.
Un autre thème possible, mais secondaire et qui tient plus de l’approche choisie par Pascal pour examiner le moi : celui de l’amour que l’on porte à un être.
Dernier thème enfin, mais moins pertinent pour nous ici : celui de l’estime que l’on doit ou non à ceux qui occupent de hautes responsabilités (cf. les charges et les offices de la fin du texte)

– le problème : peut-on définir le moi ? Est-il une substance dotée de qualités permanentes ? Ou au contraire, n’est-ce pas là un projet vain ? L’homme ne doit-il pas reconnaître qu’il est une énigme à ses propres yeux ?

– la thèse : le moi est insaisissable. Il n’est pas possible de le définir en termes de substances et de qualités.

Ce contenu a été publié dans la conscience, la croyance, le sujet, le temps, Textes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire