Texte de Nietzsche : les hommes sont le plus souvent sincères par intérêt.

tiger-and-turtle-52691_1280Le mensonge. – Pourquoi, dans la vie de tous les jours, les hommes disent-ils la plupart du temps la vérité ? – Sûrement pas parce qu’un dieu a interdit le mensonge. Mais, premièrement, parce que c’est plus commode ; car le mensonge réclame invention, dissimulation et mémoire (raison qui fait dire à Swift (1) : qui raconte un mensonge s’avise rarement du lourd fardeau dont il se charge ; il lui faudra en effet, pour soutenir un mensonge, en inventer vingt autres). Ensuite, parce qu’il est avantageux, quand tout se présente simplement, de parler sans détours : je veux ceci, j’ai fait cela, et ainsi de suite ; c’est-à-dire parce que les voies de la contrainte et de l’autorité sont plus sûres que celles de la ruse. – Mais s’il arrive qu’un enfant ait été élevé au milieu de complications familiales, il maniera le mensonge tout aussi naturellement et dira toujours involontairement ce qui répond à son intérêt ; sens de la vérité, répugnance pour le mensonge en tant que tel lui sont absolument étrangers, et ainsi donc il ment en toute innocence.

Nietzsche, Humain, trop humain (1878)

(1) Swift : 1665-1745, écrivain anglais.

Questions.

1) Dégagez l’idée directrice du texte et les étapes de son argumentation.

L’idée directrice : la thèse de Nietzsche est que les hommes sont sincères par intérêt (commodité, sûreté dit le texte) et non pas parce qu’ils condamnent en lui-même le mensonge. Il n’existe donc pas un amour naturel de la vérité (le fait de la dire), une haine naturelle du mensonge et plus généralement un sens moral. C’est l’intérêt qui nous guide.

Les étapes de l’argumentation : on peut distinguer 3 moments dans ce texte.

Le 1er moment (l.1 à 5) s’interroge sur la raison pour laquelle les êtres humains n’aiment pas mentir. Il rejtte l’idée d’une raison divine qui obligerait être sincère. Puis il donne une explication par l’intérêt : être sincère est plus facile (commode) que de devoir inventer des mensonges.

Le 2ième moment (l. 5 à 8) donne une seconde raison : la sincérité est un moyen assez efficace (sûr) pour se faire obéir, aussi mentir n’est pas utile.

Le 3ième moment fait l’hypothèse qu’un enfant habitué à mentir pour défendre ses intérêts trouvera que le mensonge est un moyen tout à fait normal et juste de régler ses relations avec autrui. C’est la preuve que les êtres n’ont pas un sens inné de la sincérité (et de la morale).

2) Expliquez :

a) « le mensonge réclame invention, dissimulation et mémoire. »

Mentir consiste le plus souvent à inventer des faits, des situations et en parallèle à en cacher d’autres, ceux qui ont vraiment eu lieu. Cela demande aussi de la mémoire car il faut se souvenir de ses mensonges pour ne pas les contredire plus tard et révéler par là que l’on a menti.

b) « les voies de la contrainte et de l’autorité sont plus sûres que celles de la ruse ».

La sincérité d’un homme suscite la confiance des autres et donc lui donne une certaine autorité auprès d’eux. En ce sens, elle est plus sûre et moins risquée.

3) Disons-nous la vérité par respect pour la vérité ?

(Une introduction rédigée)

Dire la vérité signifie être sincère, autrement dit ne pas mentir. Pour quelle raison disons-nous le plus souvent la vérité ? Est-ce parce que nous respectons la vérité ? Ou est-ce pour d’autres raisons ?

Respecter une chose signifie la trouver juste et bonne. Une personne qui respecte la vérité ne voudra donc pas mentir car à ses yeux la vérité est juste et bonne en elle-même. Il faut donc la dire sans tenir compte de nos intérêts personnels. Mais est-ce bien la raison qui nous pousse d’ordinaire à refuser le mensonge ?

Selon Nietzsche, la sincérité des hommes est le plus souvent intéressée. C’est parce qu’il est plus simple et plus sûr de dire la vérité que les hommes sont sincères. Ce serait au fond une affaire de capacités. Les hommes n’ont pas selon lui, un sens naturel de la sincérité. Sont-ils pour autant indifférents à la vérité ?

Pourquoi les hommes disent-ils la vérité ? Cela pose un problème que nous allons examiner en 2 moments.

(Arguments. Partie non rédigée)

1ère thèse : les hommes disent la vérité par respect pour la vérité.

– la vérité est une chose bonne en soi. Car la vérité, qui est la conformité d’une proposition à son objet, nous permet de savoir ce qui existe vraiment. Cela évite de se laisser abuser, tromper par des fictions, des inventions, des illusions. Savoir la vérité permet de penser, de décider et d’agir librement.

– ne pas dire la vérité revient à trahir la confiance. Et personne ne peut trouver juste et bon de voir sa confiance trahie. Personne ne peut souhaiter qu’on lui mente. Tous les hommes doivent donc respecter la vérité et être sincères.

– au delà de nos intérêts personnels, la sincérité est donc une qualité que tous les hommes doivent entretenir car elle est la base d’un respect mutuel, de liens durables et solides.

2ième thèse : les hommes disent la vérité par intérêt et non par respect pour la vérité.

On peut ici reprendre en bonne partie les arguments de Nietzsche.

– l’attitude sincère demande moins de capacités, d’efforts que le mensonge. Les hommes sont donc sincères parce que c’est plus simple, commode.

– de même, être sincère suscite la confiance et donne à notre parole l’autorité de la vérité, là où le mensonge risque de nous enlever du crédit.

– les hommes n’ont pas un sens naturel de la vérité. La preuve est qu’un enfant élevé avec l’habitude de mentir trouvera cela parfaitement normal.

3ième partie :

Il est possible ici de nuancer la thèse nietzschéenne.

– dire la vérité n’est pas toujours simple et sûr. C’est parfois prendre le risque de blesser d’autres personnes. Mais le respect que nous leur devons commande d’être sincère avec elles. Ce qui n’exclut pas de rechercher la meilleure façon de dire la vérité.

– les hommes ont un sens naturel de la souffrance. Or, mentir revient à infliger une souffrance. Aussi chaque homme est-il amené naturellement à condamner le mensonge. N’est-ce pas au contraire la vie en sociéte et ses rivalités qui développent le goût de la tromperie ?

Respecter la vérité signifie donc la trouver juste et bonne en elle-même, Ne pas mentir par respect pour la vérité signifie donc être sincère parce que l’on trouve juste et bon de l’être en soi-même
Ce contenu a été publié dans la vérité, Textes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire