Texte de Montesquieu : pas de liberté sans lois (bac technologique 2018).

« Il est vrai que dans les démocraties le peuple paraît faire ce qu’il veut ; mais la liberté politique ne consiste point à faire ce que l’on veut. Dans un État, c’est-à-dire dans une société où il y a des lois, la liberté ne peut consister qu’à vouloir faire ce que l’on doit vouloir, et à n’être pas contraint de faire ce que l’on ne doit pas vouloir.
Il faut se mettre dans l’esprit ce que c’est que l’indépendance, et ce que c’est que la liberté. La liberté est le droit de faire tout ce que les lois permettent ; et si un citoyen pouvait faire ce qu’elles défendent, il n’aurait plus de liberté, parce que les autres auraient tout de même ce pouvoir. »
MONTESQUIEU, De l’Esprit des Lois (1748)

Pour expliquer ce texte, vous répondrez aux questions suivantes, qui sont destinées principalement à guider votre rédaction. Elles ne sont pas indépendantes les unes des autres et demandent que le texte soit d’abord étudié dans son ensemble.

Questions :

  1. Dégager l’idée principale (la thèse que défend l’auteur) du texte et les étapes logiques du raisonnement.
  2. Expliquer : 
    • « dans les démocraties, le peuple paraît faire ce qu’il veut » ; 
    • « la liberté ne peut consister qu’à pouvoir faire ce que l’on doit vouloir » ;
    • que signifie «l’indépendance » dans le texte ?
  3.  Les lois sont-elles nécessaires à la liberté ?

Ce qu’il faut faire  :

  • bien lire les questions : la 1ère demande clairement l’idée principale ou thèse que défend l’auteur et les étapes logiques, soit 2 choses distinctes. Par ailleurs l’idée générale n’est pas le thème.
  • bien lire le texte : à plusieurs reprises, l’auteur affirme que la liberté est liée aux lois et ne consiste pas à faire ce que l’on veut (sens courant). Bien lire en particulier la phrase à expliquer : « pouvoir faire ce que l’on doit vouloir » (l.4) n’est pas pouvoir faire ce que l’on veut.
  • se donner les moyens d’une vraie réponse, et non quelques mots. la quantité ne fait pas la valeur mais une réponse correcte demande une rédaction claire et précise. 
  • pour la question 3, le lien avec le texte de Montesquieu est évident et fournit une référence, de même qu’il fournit l’idée générale du texte (question 1). Bien voir à ce sujet que Montesquieu défend une certaine conception de la nécessité des lois que l’on peut qualifier de libérale. Les lois ne nous obligent à faire que ce que l’on doit vouloir, soit notre devoir de citoyen, et elles nous protègent de la contrainte de faire ce que l’on ne doit pas vouloir (nul ne peut être forcé de faire ce que la loi ne l’oblige pas à faire).
  • Un principe générale de méthode : diviser la difficulté d’une question, d’une phrase en autant d’éléments simples que cela est nécessaire pour bien la comprendre. C’est la règle de l’analyse. Elle évite bien des réponses hâtives et fausses ou incomplètes.

Pour des pistes de correction sur ce sujet, cf. ce lien : https://www.philomag.com/bac-philo/copies-de-reves/montesquieu-de-lesprit-des-lois-1748-28276

Ce contenu a été publié dans l'Etat, L'étude de texte, la liberté, la politique, la société, le devoir, le droit, Textes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.