texte de Max Weber : les 3 fondements de la légitimité.

«Il existe en principe […] trois raisons internes qui justifient la domination; et par conséquent il existe trois fondements de la légitimité. Tout d’abord l’autorité de l’ “éternel hier”, c’est-à-dire celle des coutumes sanctifiées par leur validité immémoriale et par l’habitude enracinée en l’homme de les respecter. Tel est le “pouvoir traditionnel” que le patriarche ou le seigneur terrien exerçaient autrefois. En second lieu l’autorité fondée sur la grâce personnelle et extraordinaire d’un individu (charisme [1]); elle se caractérise par le dévouement tout personnel des sujets à la cause d’un homme et par leur confiance en sa seule personne en tant qu’elle se singularise par des qualités prodigieuses, par l’héroïsme ou d’autres particularités exemplaires qui font le chef. C’est là le pouvoir “charismatique” que le prophète exerçait, ou – dans le domaine politique – le chef de guerre élu, le souverain plébiscité, le grand démagogue ou le chef d’un parti politique. Il y a enfin l’autorité qui s’impose en vertu de la “légalité”, en vertu de la croyance en la validité d’un statut légal et d’une “compétence” positive fondée sur des règles établies rationnellement, en d’autres termes l’autorité fondée sur l’obéissance qui s’acquitte des obligations conformes au statut établi. C’est là le pouvoir tel que l’exerce le “serviteur de l’ État moderne”, ainsi que tous les détenteurs du pouvoir qui s’en rapprochent sous ce rapport»

Max Weber, Le savant et le politique (1919).

[1] du grec charisma qui signifie grâce, faveur.

 

Ce contenu a été publié dans l'Etat, la culture, la politique, le droit, Textes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire