texte de Hegel : distinguer le droit de la vengeance.

«Il ne faut pas que l’acte de réparation soit exercé par l’individu lésé ou par ceux qui dépendent de lui, car, chez eux, la restauration du droit en son caractère universel se trouve lié au caractère fortuit de la passion. La réparation ne peut être l’oeuvre que d’un tiers, à cet effet commis , qui ne fasse valoir et n’effectue que de l’universel. Dans cette mesure, elle est punition.

Éclaircissement. La vengeance se distingue de la punition en ce que l’une est une réparation obtenue par un acte de la partie lésée, tandis que l’autre est l’oeuvre d’un juge. C’est pourquoi il faut que la réparation soit effectuée à titre de punition, car, dans la vengeance, la passion joue son rôle et le droit se trouve ainsi troublé. De plus, la vengeance n’a pas la forme du droit, mais celle de l’arbitraire, car la partie lésée agit toujours par sentiment ou selon un mobile subjectif. Aussi bien le droit qui prend la forme de la vengeance constitue à son tour une nouvelle offense, n’est senti que comme conduite individuelle et provoque, inexpiablement , à l’infini, de nouvelles vengeances.»

G.H.F. HEGEL, Propédeutique philosophique, 1er cours, §21, 1809-1811, Éd.de Minuit, trad. M. de Gandillac, 1963.

Ce contenu a été publié dans la justice, le désir, le droit, Textes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire