texte de Canguilhem : une norme ne peut être originelle.

« Une norme, dans l’expérience anthropologique, ne peut être originelle. La règle ne commence à être règle qu’en faisant règle et cette fonction de correction surgit de l’infraction même. Un âge d’or, un paradis sont la figuration mythique d’une existence initialement adéquate à son exigence, d’un mode de vie dont la régularité ne doit rien à la fixation de la règle, d’un état de non-culpabilité en l’absence d’interdit que nul ne fût censé ignorer. Ces deux mythes procèdent d’une illusion de rétroactivité selon laquelle le bien originel c’est le mal ultérieur contenu. A l’absence de règles fait pendant l’absence de techniques. L’homme de l’âge d’or, l’homme paradisiaque, jouissent spontanément des fruits d’une nature inculte, non sollicitée, non forcée, non reprise. Ni travail, ni culture, tel est le désir de régression intégrale. Cette formulation en termes négatifs d’une expérience conforme à la norme sans que la norme ait eu à se montrer dans sa fonction et par elle, ce rêve proprement naïf de régularité en l’absence de règle signifie au fond que le concept de normal est lui-même normatif, il norme même l’univers du discours mythique qui fait le récit de son absence. »

Georges Canguilhem, Le Normal et le Pathologique (1966), Ed. PUF, coll. « Quadrige », 8ième éd., 1999, p.178.

Ce contenu a été publié dans la croyance, la culture, la morale, la nature, la technique, Textes, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire