L’épreuve d’ouverture culturelle au concours ACCÈS

L’ouverture culturelle (1h 30)

A) Descriptif de l’épreuve.

Son objectif est d’évaluer chez le candidat :

– sa connaissance et sa compréhension de sujets liés à la culture générale, à l’actualité nationale et internationale,

– son aptitude à saisir des idées abstraites et des concepts.

L’épreuve comporte 2 parties :

  • 1ère Partie : en 30 minutes, une lecture analytique d’un texte portant sur les grands enjeux relatifs aux sciences humaines et sociales.

À l’issue de ces 30 minutes, le candidat n’a plus accès au texte. Il dispose alors de 15 minutes pour répondre à 10 QCM, portant à la fois sur les informations du texte et sur sa portée réflexive.

Les candidats doivent être capables d’en restituer la teneur avec précision.

  • 2ème Partie : en 45 minutes, répondre à une série de 65 QCM répartis en quatre grandes thématiques.

– Histoire, géographie, mythes et religions,

– Idées, sciences et techniques,

– Politique, économie, société,

– Arts, loisirs, médias.

Les questions portent :

– sur la culture académique que doit posséder tout candidat,

– sur l’actualité nationale et internationale que l’on retrouve à tous les niveaux des thématiques.

 

B) Réflexions sur l’épreuve.

La 1ère partie :

a) Le texte : 10 pages sur un sujet de société précis, avec à la fois des informations chiffrées, des analyses et des jugements.

Le principe : comprendre et mémoriser

Exemples :

– session 2016 : un texte de 10 pages sur les documentaires historiques à la télévision.

– session 2015 : un texte de 10 pages sur les données informatiques, leur utilisation par des algorithme (usage des « big data »).

b) Les 10 questions : chacune d’elle consiste en 4 affirmations vraies ou fausses sur un point du texte.

Pour l’essentiel, il peut s’agir d’informations chiffrées ou portant sur le sens du propos.

Ex. en 2016,

Question 8 :

«  Le financement du document d’histoire :

  1. A) près de 17% du financement proviennent du CNC.
  2. B) 32% proviennent des diffuseurs.
  3. C) 16% environ du financement proviennent des collectivités territoriales.
  4. D) Le coût horaire d’un documentaire d’histoire est de 146 000 euros en 2011. »

Question 9

« Les écueils principaux de la télévision face au documentaire d’histoire :

  1. A) le formatage.
  2. B) la recherche du sensationnalisme.
  3. C) le risque d’un consensus dans le propos.
  4. D) La redondance liée aux calendriers commémoratifs. »

A retenir : la compréhension et la mémorisation du texte doivent être précises et fines.

Ex : une information sur les documentaires en général ne vaut pas pour les documentaires d’histoire.

c) conseils pour la 1ère partie.

– sur le temps de la lecture et de l’épreuve : ils sont suffisants et ne créent pas de stress particulier.

– sur la compréhension : s’y préparer par la lecture d’articles de presse, la rédaction de résumés, avec à ses côtés un bon dictionnaire (on en profite pour travailler la synthèse !).

– sur les notes : il est autorisé d’annoter ou de surligner le texte, mais il est interdit de prendre des notes sur un autre support.

– sur la mémorisation : le principe pour mémoriser consiste à lier les infos entre elles.

On ne retient pas une information parce qu’elle est importante en soi mais parce qu’elle est associée à d’autres et forment avec elles une chaîne : se rappeler un maillon permet de se rappeler tous les autres.

Se figurer que la lecture du texte est la visite d’un appartement : le début est l’entrée, le paragraphe suivant est la cuisine, puis vient la salle à manger, le salon, la bibliothèque, etc. La lecture du texte est une déambulation dans un lieu auquel sont associés des informations sur le sens et les données.

Ce qui peut vous aider :

– la distinction du texte en parties avec sous-titres, qui constituent alors les étapes ou les pièces de la déambulation.

– la prise de notes sur le sujet lui-même. Entourer un mot, un chiffre, noter en marge le thème d’un paragraphe sont des actes qui s’associent et favorisent la mémorisation.

– sur les réponses :

Sur les points : chaque candidat dispose d’un capital initial de points.

Une erreur entraine une pénalité P. Une absence de réponse entraine une pénalité p, avec p < P. Un bonus est accordé si l’on répond correctement aux 4 items sur une question. D’où : s’efforcer de perdre le moins de points possibles, donc ne pas répondre au hasard.

Un détail matériel : la réponse consiste à noircir une case V ou F devant chaque proposition. Veillez à ce que cela soit bien fait (évitez les écritures pâles) !

 

La 2ième partie

45 minutes pour répondre à 65 questions. Le comptage des points est le même que précédemment. D’où la nécessité de privilégier les bonnes réponses, celles dont on est sûr.

Les domaines principaux à connaître :

– l’histoire (du 20 ième s. surtout)

– la géographie

– la politique

– l’art (la littérature)

– les sciences et techniques

 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans non classés. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire